Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Grand' Messe du G20
Grand' Messe du G20

A l’autre bout du Monde, le G20 de Brisbane marque l’An I de la nouvelle Guerre Froide et stratifie le Bloc OTAN versus Russie. Pendant qu’à Kiev les forces armées Otano-ukrainiennes remises à neuf s’apprêtent à écraser dans le feu et le sang les territoires du Donbass, à Brisbane les Occidentaux - particulièrement les anglo-saxons - d’une seule voix ferme menacent déjà la Russie des pires sanctions si les séparatistes russophones s’y opposent et résistent.

C’est à qui, d’Obama, Cameron ou des deux Premiers Ministres vassaux du Canada et d’Australie, se montrera le plus ferme, le plus offensif dans ses déclarations contre Poutine : « menace pour le monde », « recréer la gloire perdue du tsarisme », « agressant des plus petits états en Europe », « vous devez quitter l’Ukraine ! » , sans compter les multiples menaces de sanctions diverses toujours à la hausse…

La diplomatie archaïque de la cour de récréation bat son plein.

La tête de turc Poutine joue son rôle bien qu’il ne l’ait pas choisi.

Malheureusement il ne s’agit pas que d’un simple jeu ! Déjà dans le Donbass, des milliers de civils y ont laissé leur vie ; des dizaines de milliers d’autres ont leur destin suspendu aux rodomontades tragiques de ces tristes matamores. Alors que le bon sens le plus élémentaire eut été de négocier un statut fédéral avec le Donbass, les extrémistes de Pravy Sektor, soutenus par l'OTAN ont poussé à la guerre civile.

L'Europe qui nous rabache sans arrêt sa vocation pacifique (malgré l'ex Yougoslavie, le Kosovo, le soutien inféodé à Israël, la Libye, la Syrie,...) a manqué là une occasion historique de jouer son rôle d'Acteur Central de la Région en se diluant et se noyant dans le jeu trouble des USA.

Jusqu’où ce jeu dangereux peut-il aller ? Jusqu'à quand la Russie pourra-t-elle supporter les menaces et les déstabilisations économiques et financières qu'elle subit ?

Cette guerre économique et financière ne risque-t-elle pas de déraper ?

On peut mesurer le poids des sanctions et des menaces déjà assénées à la Russie rien qu’à leur impact en retour sur nos propres économies mais aussi par leur incidence sur une réorganisation géopolitique du Monde.

La Russie, menacée d’asphyxie financière, doit accélérer l’installation de structures économiques et financière avec les BRICS d’une part et l’Eurasie –OCS (Organisation de Coopération de Shanghaï) d’autre part.

Au sommet de Rio, les BRICS ont entériné le projet de création d’une Banque indépendante de développement des BRICS.

Le bloc Russie-Chine-Iran que redoutait Brzezinski est en train de se former ;

 Chine et Russie dessinent « Les nouvelles routes de la soie », http://www.mondialisation.ca/les-nouvelles-routes-de-la-soie-redessinent-leconomie-eurasienne/5411353

 

Au sommet de l’OCS, à Douchanbé, se sont réunis en septembre 2014 des représentants d’états eurasiatiques regroupant près de la moitié de l’humanité !

Six pays membres : Chine, Kazakhstan, Kirghizistan, Russie, Tadjikistan, et Ouzbékistan, auxquels se sont ajoutés, en tant que "membres observateurs" : l’Afghanistan, l’Inde, l’Iran, la Mongolie et le Pakistan.

La Russie s’inquiète également de sa possible déconnexion du système de règlements financiers internationaux SWIFT -ce qu’a demandé par deux fois en juillet et fin septembre notre Pacifique Parlement Européen et ce pour quoi Obama exerce de discrètes mais pesantes pressions auprès de cet organisme « indépendant »- et envisage de créer un système analogue pour ses échanges avec ses partenaires. On peut lire sur le blog « Les Crises » une longue étude sur ce sujet.

La Russie s’efforce donc activement de rompre ou de compenser cet embargo économique et financier que l’Occident veut lui imposer mais depuis le mois de juin elle doit compter avec une nouvelle menace, autrement plus dangereuse  : l’écroulement des prix du pétrole qui va sérieusement rogner ses recettes !

Guerre du Pétrole

Guerre froide 2.0, Guerre du pétrole. ça chauffe!
Guerre froide 2.0, Guerre du pétrole. ça chauffe!

Depuis la mi juin 2014, le prix du baril de pétrole est passé de près de 115 $ à moins de 80$. (ajouté le 8/01/2015: il a même atteint des niveaux inférieurs à 60 dollars le baril)

Plusieurs raisons peuvent être alléguées :

  • La diminution de consommation liée à la crise, mais ceci ne date pas de l’été 2014
  • La production supplémentaire en excès de pétrole de schiste des USA, mais là aussi ce n’est pas nouveau.
  • Le retour partiel sur les marchés de la production de l’Iran.
  • L’augmentation récente de production de l’Arabie Saoudite.
  • Livraison pirate à bas coût de pétrole syrien et irakien par l’EI.

http://www.capital.fr/bourse/actualites/les-cours-du-petrole-en-perdition-des-rumeurs-de-complot-apparaissent-968542

Obama n’a-t-il pas dégainé l’arme du pétrole comme Reagan en 1986 ?

Le documentaire "La face cachée du pétrole" d'Eric Laurent sur Arte expose ces éléments aux minutes 25 et 30-32 où les protagonistes de l'époque expliquent comment, en provoquant la baisse des cours du pétrole avec l’aide de l’Arabie Saoudite, les USA ont provoqué la chute de l’URSS.

La Face Cachée du Pétrole - Arte 2/2 .

En effet, en mars 2014, un observateur attentif du marché pétrolier parlait plutôt de hausses à venir dans un contexte de baisse de la production.

http://petrole.blog.lemonde.fr/2014/03/17/nouvelle-chute-en-2013-de-la-production-de-brut-des-majors-desormais-contraintes-a-desinvestir/2/

En maintenant une offre supérieure à la demande, les pays de l'OPEP -à la demande des USA - comme en 1986 ? - ont déclenché un mouvement de baisse entretenu par la volonté de chacun de garder ses parts de marché.

Le Vénézuela, la Russie, l'Iran risquent évidemment d'en subir de lourdes conséquences financières qui seront de plus majorées par l'embargo économique et financier qu'ils subissent.

Mais les USA, eux même, le Canada également risquent d'être impactés par cette baisse du fait de leurs pétroles non conventionnels qui deviennent alors non rentables. Par contre, les consommateurs nets de pétrole vont y trouver leur compte et cela peut aider à la relance partielle de l'économie mondiale.

Ce coup de poker vraisemblable des Américains est donc un coup très risqué ; Il avait parfaitement réussi en 1986 dans un monde d'économies fermées. Aujourd'hui alors que toutes les économies sont interdépendantes, que les réseaux de la Finance et leurs produits sont d'une complexité et d'une opacité considérable, que la vitesse de circulation des infos et des capitaux est de l'ordre de la fraction de seconde et que la cyberguerre peut fausser la donne, il n'est pas sur que le coup soit gagnant.

Le G20 de Brisbane, l'accueil glacial de Poutine puis son départ anticipé ont marqué le début de cette nouvelle Guerre Froide.

Cette guerre froide 2.0 à l'échelle du monde va certainement sacrifier et ravager davantage ce qu'il reste de l'Ukraine.

Pour le reste du monde on peut craindre finalement un creusement de la Crise, un durcissement des tensions jusqu'au point de rupture absolue. Alors il suffira d'une provocation à la Sarajevo pour démarrer la Guerre 2.0, la vraie !

Mélange de cyberguerre majeure et de massacres classiques avec destruction obligatoire de tous les réseaux et infrastructures principales dans un certain nombre de pays secondaires. On ne peut écarter bien sur l'usage gradué ou non de bombes nucléaires à neutrons voire de quelques grosses bombes thermonucléaires.

Je ne veux pas croire à l'usage massif de tout le stock d'armement nucléaire car j'ai encore foi en une certaine forme de conscience de survie collective de l'espèce humaine.

article publié initialement sur Agoravox

Guerre?

Guerre?

Tag(s) : #géo-politique