Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ukrajevo : 100 ans plus tard, et un, et deux et trois guerres mondiales ! C’est la faute à Poutine !

En suivant les médias mainstream sur le développement de la Crise Ukrainienne il me venait à l'oreille la chanson de Gavroche:

« Je suis tombé par terre,
C'est la faute à Voltaire,
Le nez dans le ruisseau,
C'est la f
aute à Rousseau. »

C'est sans doute le côté systématique, lancinant, de nos médias à ne voir dans cette crise que l'ombre de Poutine qui m'a mis cette musique en tête.

Voltaire et Rousseau me rappellent aussi l'époque où ces deux penseurs portèrent jusqu'en la Russie de la Grande Catherine les racines des Lumières françaises.

Nos médias de propagande n'en ont retenu-me semble-t-il- que les postures dérisoires d'un BHL.

Voici donc une version de la crise d'Ukraine à la "gavroche", au pied des barricades, avant que la guerre ne nous emporte dans ses immondes convulsions .

Triste anniversaire ! Avant on commémorait les souvenirs des guerres au son des « Plus jamais ça ».

Aujourd’hui, le centenaire de la guerre de 14 est un joyeux raout international pour l’Euroravi joufflu Hollande avec fanfares et tour de France à la clef sauf qu’à la fin c’est toujours un Allemand qui gagne (l’étape !).

Dans ces conditions comment s’étonner que tous ces puissants qui nous gouvernent et leurs cohortes de médiocrates et experts marrons fassent mumuse avec la Russie dans la cour de récréation ukrainienne à coup de poker menteur, de « c’est pas moi, c’est lui ! » et de « Qui perd, gagne ».

La Guerre Froide, ça c’était du sérieux !

En plus, il n’y avait plus de guerres… chez nous et il y avait …de la croissance ! Alors, autant en remettre une couche.

A l’époque on disait : « On ne touche pas aux frontières de Yalta !» Trop facile !

Heureusement nos amis américains, Reagan en tête, ont trouvé le bon moyen pour ruiner l’ogre soviétique en 1986 : relancer la guerre aux missiles et faire baisser les prix du pétrole (unique ressource en devises de l’URSS) ; auparavant ils avaient testé avec succès les moudjahiddines avec missiles Stinger en Afghanistan.

Après la chute de l’URSS, il n’y a plus de frontières de Yalta qui tiennent, ni d’ailleurs celles de l’URSS elle-même qui se voit soulagée de ses nombreuses républiques périphériques.

Sympas, les soviétiques et pas chauvins pour deux sous !

Ils ont même filé sans broncher l’Ukraine avec une bonne partie de leurs usines d’aviation et d’aéronautique et même la Crimée, Russe jusqu’en 1955 et siège principal de leur Flotte militaire. On leur avait-craché, juré- qu’il n’était pas question pour ces républiques d’adhérer à l’UE, et surtout pas à l’OTAN, non mais…

Naïfs, ces mecs là ! Bien trop occupés à chercher de quoi bouffer- et boire- avec l’austérité aux petits oignons mitonnée par le FMI et la Banque mondiale, sauf pour les « nouveaux Russes », le clan Eltsine et les les sept oligarques, appelés Semibankirchtchina.

Les oligarques Ukrainiens, les Akhmetov, Viktor Pintchouk, Sergueï Tarouta, Igor Kolomoïski, Vitali Gaïdouk, Kostya Jevago, Firtach , Levochkin et même le petit Porochenko se sont goinfrés également sans vergogne.

Finies, les frontières de Yalta, vivent les Droits de l’Homme.

Ainsi, la chute du Mur a permis à nos amis américains d’étendre nos valeurs démocratiques bien au-delà de ce carcan de Yalta. Les anciens pays du bloc de l’Est ont pu ainsi rejoindre le monde de la Consommation occidentale et serrer la main invisible du Marché ; qu’importe si pour certains la note fut salée ; La liberté n’a pas de prix, dit-on. La prostituée slave s’est bien vendue dans les années 90 ; elle fait encore le bonheur des sites porno-live sur le net. Le Rom nouveau reste cependant plus difficile à placer…

Les libérations de la Yougoslavie, puis de l’Irak ont été plus difficiles mais elles nous ont permis de tester nos armes de supériorité aérienne d’une surprenante précision chirurgicale ; évidemment, le risque zéro n’existant pas, on n’est pas à l’abri d’accidents opératoires collatéraux parmi les civils.

Au tournant des années 2000, à force de jouer au chat et à la souris avec Ben Laden, CIA un jour, Djihad un autre, ce sont les Twin Towers qui se font la paire. Depuis, fort heureusement, la guerre contre le Terrorisme, ne cesse de s’étendre : Afghanistan, re-Irak, Yémen, Soudan, Ethiopie, Libye, Mali, Centrafrique…

Les valeurs démocratiques marquent des points contre les dictateurs en Serbie, au Kosovo, en Irak, en Libye, en Syrie mais, à l’Est, la montée de Poutine et le redressement Russe viennent freiner les progrès de la Société Civile malgré les efforts d’ONG occidentales, telles le Konrad Adenauer Institute, proche de la CDU, l'Open Society Institute de George Soros, le National Democratic Institute, proche du parti démocrate américain, la Freedom House, proche du gouvernement américain ou la National_Endowment_for_Democracy.

Le moujik russe des campagnes reste rétif, c’est l’éternel dilemme entre le rat des villes et le rat des champs ; le petit retraité russe préfère sa misérable pension à une dure liberté !

Poutine reste majoritaire, la démocratie est une chose bien ingrate.

C’est la faute à Poutine !

Et pourtant on lui en a fait voir de toutes les couleurs à Poutine et ses amis,

entre les guerres Tchéchènes, les révolutions orange, bleue, verte, du cèdre, des roses et autres tulipes pour en arriver plus récemment aux révolutions arabes à la syrienne. Mais il veut rien savoir l’animal !

Depuis qu’on a renversé et tué Kadhafi et remis sur place un bon coup de « chaos régénérateur » qui gagne aussi le Mali, le Centrafrique et le Nigéria ne voila-t-il pas qu’il s’ingénie à bloquer toute nos tentatives pour bombarder massivement la Syrie et éliminer l’immonde Bachar el-Assad en proie à une révolution arabe bien corsée avec Quatar, Arabie Saoudite, Turquie à la clé et sa cohorte de djihadistes et de services très spéciaux.

Heureusement un nouveau Califat vient de voir le jour à cheval sur la Syrie et l’Irak, proclamé par l’EIIL d’Abou Bakr. Avec un peu de chance, il pourra même nous vendre du pétrole à un bon prix !

Poutine n’a décidément rien compris au remodelage du Grand Moyen Orient !

C’est la faute à Poutine !

Poutine n’a rien compris non plus du grand dessein Européen !

L’UE a vocation à élargir toujours son espace démocratique de marché grâce à des procédures de construction bureaucratiques et parlementaires subtiles permettant de dépasser les populismes primaires des populations ; elle rejoint en cela des processus jadis nationaux historiques comme les guerres des Balkans en 14 ou de Pologne et des Sudètes en 39. Drang nach Osten ! quand tu nous tiens ! On appelle cela l’Elargissement et c’est mieux que la Guerre !

Jusqu’où et à quand ? No Limit !

Heureusement qu’un certain Zbigniew Brzezinski, conseiller de Carter puis d’Obama nous a expliqué dans son livre « Le Grand Echiquier » que c’était bon pour les Etats Unis et la maitrise du Monde.

C’est vrai aussi que le Zbigniew nous explique que c’est pour mieux contrôler l’Eurasie en lieu et place de la Russie. Comme on ne peut pas changer la Russie de place on peut déjà essayer de récupérer dans l’U(E)SA le maximum de républiques périphériques !

Tel était donc le dessein innocent de l’U(E)SA avec son partenariat oriental !

En bon slave soucieux de ses intérêts, le président Yanoukovitch a vite compris qu’il ferait mieux de ne pas signer, d’autant plus que Poutine lui promettait un bon prêt de 15 mds de dollars et un bonus sur le prix du gaz. Peut être avait-il lu le rapport du Comité Notre Europe de J.Delors qui souligne les difficultés à venir pour ce partenariat Oriental.

Il semblerait bien en tout cas que les membres de l’UE ne l’ait pas lu !

Le bon peuple urbain européiste de Kiev descend alors comme un seul homme sur la place Maïdan privé de son père Noël européen ; et en avant pour un Euromaïdan, remake de la révolution orange, mais avec cette fois, l’appui explicite des gouvernements U(E)SA qui voient là l’occasion de damer le pion à Poutine.

Maïdan devient alors la dernière station à la mode de l’hiver avec jeux du cirque et séries policières en direct ; il n’y manquait plus que les Russes pour se croire à Courchevel ! Toutes les vedettes politiques y défilent, de la Nuland maman-gâteau-fuck the Euro, aux frites Mc Cain en passant par le comique BHL.

Les scénarios ne sont pas toujours très clairs et au moment où l’on croit que les choses vont s’arranger, voila que ça dérape avec des morts-bien réels-et on repart pour un cran au dessus.

Des snipers, venus d’on ne sait où, tirent dans le tas.

Le Yanoukovitch, un peu dépassé, accepte alors une médiation avec des braves gars de l’UE qui passaient par là.

Pendant ce temps là, le grotesque Poutine se pavanait aux JO de Sotchi ! Trop cons, les Russes ! C’est la faute à Poutine !

Les milices armées de Maïdan, Svoboda, Secteur Droit, bien organisées et entrainées investissent la Rada et Yanoukovitch doit fuir piteusement. Euromaïdan s’achève en révolution arabe et met en place le gouvernement de Arseniy Iatsenyouk que projetait déjà Victoria Nuland avec l’ambassadeur US de Kiev un bon mois plus tôt. Quelle vision, cette Victoria !

Le mouvement initial de rejet de la corruption et des oligarques remet finalement les mêmes oligarques aux manettes mais cette fois dans la version pro UE-USA et anti Russe. Bien joués, les Ukrainiens. Applaudissements et soutiens à l’Ouest !

Pour les retardataires ou les durs de la feuille, le scénario du film est bien décrit dans ce beau travail du blog « Les Crises ».

reconquète Donetsk
reconquète Donetsk

Al’Est, ils sont moins contents.

Il faut dire qu’à la Rada, ils ont voulu enlever à la langue russe son statut de deuxième langue, interdire les partis majoritaires à l’Est et pour un peu pendre les Russes à la lanterne. Il faut bien reconnaitre qu’on n’aimerait pas trop croiser les mecs du Secteur Droit au coin de la rue-surtout si l’on est russophone !

Du coup, le Poutine nous monte à la va-vite un Maïdan inversé en Crimée avec référendum pour récupérer le territoire et la flotte russe. C’est pas bien ! OK, la Crimée elle est pas qu’un peu Russe, mais on touche pas aux frontières de 1990, c’est Obama qui le dit et l’UE aussi ; nous on n’a pas touché aux frontières de la Libye, un peu celles de la Serbie, mais c’était avant ! C’est la faute à Poutine !

La mayonnaise Ukrainienne monte alors de plus en plus fort.

Obama ne se laisse pas avoir par les demandes de Poutine pour des négociations avec les gens du Donbass. La scène se déplace alors vers le Sud-est et la ville d’Odessa s’embrase. Les U(E)SA-OTAN-CIA montent aux créneaux et ne laissent pas le champ libre à tous ces russophones de l’Est indiscutablement manipulés par Poutine ; nos médias montrent une ardeur unanime et exemplaire à défendre la souveraineté ukrainienne de Kiev contre ces excités de l’Est et Poutine.

Quelques intellectuels ou anciens diplomates tels E.Tod, H.Védrine, De Villepin, J.Sapir, essaient de faire entendre un autre discours plus modéré mais ils sont heureusement peu audibles dans le charivari russophobe.

Le roi du chocolat Porochenko est élu président d’Ukraine alors que les régions de l’Est ont organisé de leur côté un référendum d’autonomie fédérale. Le tout nouveau Président lance alors l’armée ukrainienne dans une guerre contre les terroristes pro-russes qui occupent les administrations des villes à la manière d’une pale copie de Maïdan.

Les soldats ne sont pas très chauds au début pour tirer sur leurs compatriotes mais avec les renforts des milices de Secteur droit ou du bataillon Azov de l’oligarque Kolomoïski, des mercenaires américains de Blackwater et avec les conseils éclairés de la CIA tout rentre dans l’ordre et une vraie guerre peut alors s’installer. Le roi du chocolat se la joue à l’américaine ou à l’israélienne : à l’arme lourde, avec aviation et bombardement sur les quartiers ; mais c’est de la faute à Poutine.

Du coup, Obama sanctionne, et pas que les Russes, même la BNP y a droit, pour rappeler que si Obama dit : embargo ! faut pas tricher ! L’UE sanctionne aussi mais un peu à reculons car la Russie et son gaz sont de bons clients, qui payaient bien !

Heureusement, Obama veut bien nous vendre son gaz de schiste, tant qu’il en a, car il parait que les réserves avaient été très largement gonflées et que la bulle se dégonfle. Mais on peut penser que les prix ne vont pas tarder à augmenter !

Ces cons de Russes, ils se rendent même pas compte qu’en semant la merde ils vont se mettre tout le monde à dos et perdre un bon paquet de devises avec leur gaz comme en 86 ! Feront moins les fiers alors ! Et ce sera de la faute à Poutine !

crash
crash

Comme si cela ne suffisait pas voila maintenant que vient s’ajouter au scénario le crash de

l’avion malais MH 17 après celui du MH 370 ; dans une série télé, on n’y croirait pas, on se dirait que le scénariste manque vraiment d’imagination ! Mais cette fois ci on l’a trouvé tout de suite.

En pleine zone séparatiste!

Mais Obama, il a tout compris ; tout de suite il a vu que l’avion avait été abattu par un missile fourni par les russes, tiré par les prorusses, mais il a dit ensuite qu’il ne fallait pas conclure précipitamment et attendre les résultats de l’enquête. Quelle sagesse ! Il a ajouté ensuite dans le même show qu’Israël avait le droit de se défendre en bombardant Gaza.

Des esprits chagrins prétendent que si les Américains avaient eu vent d’un déplacement de lanceurs de missiles ou d’armes lourdes depuis la Russie ils se seraient vite dépêches de le dénoncer urbi et orbi.

Les Russes prétendent eux qu’il y a eu une intervention de deux chasseurs ukrainiens avec missiles air- air et que l’un des chasseurs aurait été abattus par un autre missile sol-air léger des séparatistes ; mais ils racontent n’importe quoi et sont prêts à montrer leurs preuves.

On a même vu à la télé une vieille babouchka décrivant des corps qui pleuvaient et aussi deux parachutistes. Encore une, sans doute, qui a bu trop de vodka frelatée…

Du coup Obama hausse encore le ton et les sanctions. Même que le Congrés a voté le 17 juillet « Un acte de Prévention de l’agression russe » donnant au Président tout pouvoir pour protéger Ukraine, Moldavie et Géorgie et aussi du même coup favoriser la recherche et l’extraction de gaz ou pétrole dans le coin ! Toujours rapides de la gachette et du pipe line, les Amerloques ! ça va bruler.

Du coup, le Young leader européiste Hollande, qui y voit beaucoup mieux avec ses nouvelles montures, décide de jouer à Mistral perdant et d’aboyer en chœur sur Poutine. C’est maintenant le vol AH 5017 qu’on a perdu. Pas de chance pour le président, c’est au Mali qu’il est tombé ! Facheux, ça va jaser…

Tout ça, on vous le dit, c’est de la faute à Poutine !

Tag(s) : #géo-politique