Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelques changements climatiques du Passé : on s'adapte?

Glaces du Groenland et chronologie des premières sociétés humaines:

Les deux graphiques suivants ont été établis à partir des données de : Alley, R.B.. 2004. GISP2 Ice Core Temperature and Accumulation Data. IGBP PAGES/World Data Center for Paleoclimatology Data Contribution Series #2004-013. NOAA/NGDC Paleoclimatology Program, Boulder CO, USA. Ils représentent les fluctuations de températures établies à partir de la carotte de glace du Groenland GISP2.

On a reporté sur ces deux dessins quelques uns des épisodes de notre préhistoire et même de notre histoire.Les datations sont des datations carbone calibrées.

On peut voir quelques grandes oscillations climatiques correspondant aux cycles climatiques de Dansgaard-Oeschger ( DO) et aux événements de Heinrich associés. Selon Edouard Bard (2005), ce système montre un comportement d'hystérésis induit par une perturbation en eaux douces dans le système de circulation océanique. On peut avoir ainsi une phase de réchauffement rapide (de l'ordre de décennies) suivie d'une période plus chaude puis d'un refroidissement prolongé avec des cycles de l'ordre de 1500 ans. Nos ancêtres néandertaliens ou sapiens modernes ont su s'adapter et profiter de ces phases plus chaudes appelées interstadiaires.

Quelques changements climatiques du Passé : on s'adapte?

Pour les grottes Chauvet-Pont d'Arc et Cosquer les numéros indiquent les principales périodes d’occupation alors que le trait jaune représente la durée de chaque période. On a utilisé pour chacune des cultures référencées les ages exprimés en données calibrées ce qui, pour ces lointains épisodes, introduit de sérieuses différences avec les ages carbone qui sont le plus souvent cités. C’est le cas également pour le deuxième graphique.

De la Préhistoire à l'Histoire...

De la Préhistoire à l'Histoire...

On remarque à quel point les phases d’évolution des premières cultures puis des premières sociétés paraissent en accord avec les modulations de l’archive glaciaire ;

la culture Aurignacienne profite ainsi des interstadiaires chauds DO pour orner la première phase de la grotte Chauvet en Ardèche, on comprend mieux pourquoi la grotte Cosquer, décorée pendant un pic glaciaire, comporte une représentation de pingouin et se retrouve maintenant largement inondée après la montée des eaux de plus de 100 mètres.

Le Magdalénien et Lascaux ont profité du début de la fonte des glaces et de l’augmentation de l’insolation estivale.

La culture du Natoufien se développe au Moyen Orient et le premier temple de l’Humanité à Göbekli Tepe est construit lors de l’oscillation chaude de l’Allerod. Les cultures précéramiques PPNA et PPNB s’épanouissent et inventent l’agriculture dans des régions jusqu’alors plus sèches et froides de Syrie-Palestine lors de la montée rapide des températures après le refroidissement du Younger Dryas ; ainsi l’un des premiers villages Jerf el Ahmar voit-il le jour vers 11000 BP puis la première ville Catal Huyuk un peu plus au nord sur le plateau anatolien vers 9200 BP lors de l’optimum climatique de l’holocène ; la ville sera abandonnée vers 7500 BP suite à une péjoration climatique mais aussi victime de l’épuisement des sols et de la déforestation.

Les cités de Mésopotamie se développent pendant une période stable d’un millier d’années et les tensions induites par une longue période plus froide et sèche vers 5500 BP vont conduire à l’invention de l’écriture nécessaire pour la gestion du cadastre, de l’irrigation et des récoltes. Ces mêmes tensions vont conduire un peu plus tard à la formation des premiers empires centraux avec l’unification de la Haute et de la Basse Egypte sous la houlette du premier Pharaon Narmer en 5100 BP.

L’empire de Sargon d’Akkad en Mésopotamie se forme vers 4300 BP après une période faste de cinq siècles.

Tous les empires de la région, Egypte, Akkad, Indus s’effondrent autour de 4000 BP victimes d’une longue et sévère sécheresse ;

la cité de Caral, au Pérou, est abandonnée à la même époque.

On retrouve le même scénario un millénaire plus tard avec l’invasion des « Peuples de la mer » en 3200 BP qui va déstabiliser à nouveau les pouvoirs régionaux ; la conjonction de différents facteurs climatiques, froid humide au nord et en Europe centrale (Löbben phase) et sécheresse en méditerranée orientale, provoque des migrations massives qui vont entrainer en cascades l’effondrement de l’Empire Hittite, la dévastation de nombreuses villes de Syrie et Palestine, le repli des empires Assyriens et Babyloniens, l’affaiblissement de l’Empire Egyptien qui rentre dans une période de déclin, l’écroulement de la civilisation Mycénienne et l’entrée du monde grec dans sa période obscure pour trois longs siècles où l’écriture disparaît.

Le début de la période climatique sub-atlantique voit la naissance des empires Perse, Grec puis Romain qui vont longuement se combattre ; les premiers écrits des grandes philosophies universelles de Bouddha, Confucius ou Platon sont rédigés à partir du cinquième siècle BC.

Chronologie des 2500 dernières années dans les glaces du Groenland:

Quelques changements climatiques du Passé : on s'adapte?

Le troisième graphique des archives glaciaires des 2500 dernières années confirme bien cette relation étroite entre les évolutions climatiques et celles des sociétés. Il ne faut pas y rechercher par ailleurs la preuve d’un quelconque déterminisme absolu qui ferait de nos sociétés le produit inéluctable des balances climatiques.

Par contre il s’agit bien du constat irréfutable que nous habitons tous sur une planète unique, limitée et régie par des phénomènes naturels qui nous dépassent souvent et auxquels nous ne pouvons que nous adapter. Les crues cataclysmiques de l’année 2010-11 au Pakistan et en Australie, suivies des sècheresses printanières en Europe, sont là pour nous le rappeler.

Les nouveaux défis auxquels nous sommes confrontés depuis que notre emprise sur la planète peut conduire à de graves modifications climatiques et environnementales sont de deux ordres :

  • Pourrons-nous nous adapter à ces changements rapides ? A cette question, l’Histoire même de l’Humanité permet de répondre par l’affirmative mais en posant alors une autre question : à quel prix ?
  • Serons-nous capables de nous adapter aux nuisances planétaires globales générées par notre propre développement ? Seul l’Avenir apportera une réponse car c’est un défi auquel aucune espèce vivante sur terre n’a jamais été confrontée, hormis peut-être les cyanobactéries lors de la catastrophe de l’oxygène il y a prés de deux milliards d’années, juste avant la glaciation boule de neige totale.

Le livre de Jared Diamond "Effondrements" montre sur de nombreux exemples que les sociétés trop structurées ou hiérarchisées ont du mal à modifier les comportements les conduisant à des désastres annoncés : surexploitation des ressources, déforestation, surpopulation, inégalités excessives et incapacité des élites à mettre fin à leur surconsommation et à changer leur mode de fonctionnement ; des facteurs de déstabilisation extérieurs (catastrophes, sécheresses, guerre, soulèvement...) conduisent alors à l'implosion de la société.

Nos possibilités d'adaptation dépendront de l'ampleur du changement climatique et surtout de notre capacité à régler les problèmes de suffisance alimentaire et d'approvisionnement sans sombrer dans un chaos guerrier.

Le Principe de Précaution devrait être notre carte maitresse dans cette redoutable partie à venir.

( ces passages sont extraits d'un livre de l'auteur du blog, livre en cours d'édition)

Tag(s) : #éco-transition