Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Elections...Piège à Cons ?

Wikipedia nous donne un certain nombre de définitions utiles en ces temps de campagnes électorales.

Selon la célèbre formule d'Abraham Lincoln (16e président des États-Unis de 1860 à 1865), la démocratie est « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple », Le terme de démocratie peut aussi servir à qualifier le fonctionnement de tout corps ou organisation sociale (organisme public ou privé, associations, entreprise), le plus souvent par le biais du qualificatif de démocratique. Cela signifie alors généralement que ce fonctionnement repose sur l'égalité des membres du groupe, le non cumul et la rotation des charges, sur des procédures de délibérations, ou encore de votes, d'élections et/ou de tirages au sort.

Le populisme désigne un type de discours et de courants politiques, prenant pour cible de ses critiques « les élites » et prônant le recours au « peuple » (d’où son nom), s’incarnant dans une figure charismatique et soutenu par un parti acquis à ce corpus idéologique. Il suppose l'existence d'une démocratie représentative qu’il critique.

Le fascisme est un système politique qui associe populisme, nationalisme et totalitarisme au nom d'un idéal collectif suprême, à la fois révolutionnaire et conservateur. Niant l'individu et la démocratie au nom de la masse incarnée dans un chef providentiel, le fascisme embrigade les groupes sociaux (jeunesse, milices) et justifie la violence d'état menée contre les opposants assimilés à des ennemis intérieurs, l'unité de la nation devant dépasser et résoudre les antagonismes des classes sociales dans un parti unique. Dans le domaine économique, l'état conduit une politique dirigiste mais maintient la propriété privée et capitaliste.

La fin mai a vu le déroulement d’un certain nombre d’élections au suffrage universel, élections devenues désormais à la fois l’expression mais aussi la finalité et l’essence même de la démocratie.

A tout seigneur, tout honneur, les élections pour le Parlement Européen

réunissaient 28 pays, 388 millions d’électeurs pour élire les 751 députés. la participation est de 43%, l’abstention atteint des chiffres records dans les pays de l’élargissement de 2004 : 87% en Slovaquie , 80,5% en République Tchèque et 79,04% en Slovénie.

Elections...Piège à Cons ?

La France- ainsi que de nombreux autres pays- a mis en tête des résultats, un parti eurosceptique, le FN, parti de Marine Le Pen, partisan d’une sortie de l’euro et d’une réaffirmation des souverainetés nationales. Les partis européens de gouvernement ont tous subi de lourdes pertes mais restent très majoritaires au Parlement Européen.

Les Français ont confirmé ainsi leur vote négatif lors du TCE de 2005 et constaté l’échec des politiques européennes de sortie de Crise. Qu’y a-t-il de si surprenant ou de si inquiétant ? La surprise vient plutôt de la faiblesse du score des Gauches radicales.

Le même jour, se déroulaient en Ukraine les élections présidentielles

pour remplacer le président sortant légitimement élu renversé par une révolution orange alors que l’armée de Kiev pilonnaient les provinces autonomistes de l’Est.Le petit oligarque chassé a été remplacé par un oligarque plus grand, plus occidental, le Roi du chocolat Petro Porochenko.

Les taux de participation les plus forts se trouvent dans ce que l’on nomme "la Galicie", bastions nationalistes de l’ouest. Ainsi dans la région de Ternopil 77,34% des électeurs sont allés voter, 70,76% dans la région de Ivano-Frankivsk, 77,34% dans la région de Lviv, 68,53% dans la région de Khmelnitski, 72,93% dans la région de Tchernivtsi, 72,18% dans la région de Rivne, 69,60% dans la région de Vinnitsa.

A Kiev, épicentre de l'EuroMaïdan, et malgré l’élection municipale qui se déroulait en même temps, la participation n’est que de 29,59%. Toutes les régions situées au centre de l’Ukraine ont des taux d’abstention extrêmement faibles, sauf pour la région de Tchernigovsk où la participation est de 64,02%.

Le Sud-Est et l’Est ont peu participé à ces élections, en dehors de la région d’Odessa (ou se déroulait une série d’élections locales), Les taux de participation sont faibles, 17,07% dans les zones occupées par la garde nationale de la région de Lugansk, 9,11% dans la région de Donestk, 14% dans les régions de Kharkov et Dnipropetrovsk.

Une élection peut-elle remplacer des négociations ?

En Egypte, la double révolution arabe se terminait en queue de poisson

avec l’élection présidentielle du maréchal Al Sissi avec 93.3% des voix, succédant ainsi après une deuxième révolte arabe et une dure répression au non moins démocratiquement élu Morsi, qui avait lui-même succédé au légitimement élu Général Moubarak renversé par une première révolution arabe après trente ans de règne.

Révolutions Arabes pour de drôles d'élections ?

La plus grande démocratie du monde, l’Inde, pays des vaches sacrées,

des castes et des intouchables, avec 30% d’analphabètes chez les hommes et 52% chez les femmes, venait juste de terminer ses élections présidentielles et ses 814 millions d’électeurs venaient d’élire le nationaliste Hindou, Narendra Modi, qui n’a pas hésité à se présenter comme un homme providentiel choisi par Dieu pour sortir l'Inde de ses difficultés.

Election de droit divin pour Intouchables ou corrompus ?

Début juin, la Syrie se prépare pour l’élection présidentielle de Bachar El Assad

alors que depuis plus de trois ans, le pays est ravagé par un printemps Arabe accompagné d’un djihad islamiste néanmoins soutenu par la Communauté internationale. Les réfugiés Syriens du Liban ont déjà voté massivement ce week-end.
Elections pour une démocratie de combats ?

"Voter est un geste citoyen. Ce n’est pas la citoyenneté."

Sans éducation civique, sans information équilibrée, critique et éthique, sans paix civile, sans contre-pouvoirs citoyens, Voter n'est plus qu'un alibi démocratique pour les oligarchies en place.

Tag(s) : #economie politique